[Bopo] Ce Mot Gros.

Illustration par Rachel Cateyes

J’ai déjà écrit ici sur mon rapport à la nourriture ou mon rapport au corps, et tu as peut être pu en tirer les conclusions suivantes : c’est pas toujours évident!

Ajoute à ce que je t’ai déjà confié un peu de génétique, une tendance à ne pas se sentir d’atomes crochus avec le sport et un mode de vie plutôt sédentaire, je te le donne en mille : je suis grosse.

Non non, je t’arrête tout de suite, c’est pas la peine de dire “mais non, t’es ronde“, “mais naaaan, t’es PAS grosse enfin, arrêteuuh“, ou encore au saumon mon préféré : “oui mais ça te va bien à toi“.
Je suis grosse, tout va bien, ce n’est pas sale, ça n’est pas honteux et ça n’est pas grave.

C’est vrai que on pourrait croire comme ça, parce que bon, il est connoté ce mot. Gros.
D’ailleurs quand on dit un “gros mot” c’est un méchant mot, un mot laid, qu’il faut taire et cacher. Un peu comme nos corps qui semblent tant déranger.

C’est marrant parce que quand on regarde ce que l’Histoire raconte à travers ses peintures, ses sculptures et tout son art : ça n’a pas toujours été le cas.
Je me prends à me demander vraiment jusqu’où ça remonte , et ce qu’il a fallu qui se mette en place pour que ce soit clair pour tout le monde : Gros = insulte. Gros = moche. Gros = mauvais. Bref toute une tripoté de mots pas forcément légers à porter, en plus des kilos je veux dire, en plus de la culpabilité et en plus de la honte.

Parfois la taille de mon corps me fait l’effet d’un énorme panneau lumineux que je porterais au dessus de ma tête. Qui clignote en permanence comme une invitation à commenter mon physique, à présumer de ma santé, de mon mode de vie ou de ma personnalité. C’est assez fatiguant.

La vérité c’est que oui ce serait probablement plus simple d’être plus mince et de peser moins lourd. Mais peut être pas pour les raisons que vous croyez.
Ce serait plus simple que chaque Printemps on ne s’exclame pas “Oh mais comme tu as maigris” (Non, j’ai juste enlevé mon pull en fait…).
Ce serait plus simple que je puisse trouver facilement et pas trop cher des fringues à ma taille.
Ce serait plus simple de ne pas flipper du regard des autres sur mes bras nus, mes cuisses qui se touchent ou la forme que prennent mes hanches dans mon jeans.
Ce serait plus simple de pouvoir porter ma peau à découvert en été.
Ce serait plus simple de ne pas me demander si je vais entendre des remarques désobligeantes sur la plage si j’ose me mettre en deux pièces.
Ce serait plus simple si on ne me mettait pas sous le nez en permanence des photos ou des statuts “avant/après” ou “-12 kg plus que 6!” pour bien me rappeler que la moindre personne qui me ressemble un peu essaye d’inverser le processus.
Ce serait plus simple de ne pas me sentir entourée et encerclée par une norme plus pesante que mon gras. Ce modèle de féminité dans lequel je ne me suis jamais retrouvée, avec des mots qui mentent, des peaux lissées et claires, des courbes nettes, des tailles en sabliers, …
Ce serait plus simple de ne pas avoir peur de ce qu’on va dire de moi, et penser. Parce que je suis grosse donc ça vous donne le droit apparemment.
Ce serait plus simple de ne pas avoir grandi avec la certitude que si je suis grosse j’ai échoué.

Mais si je dois être tout à fait honnête, en dehors de ces moments (qui prenne beaucoup de place on est d’accord) en vrai : je l’aime mon corps.
Il fait son job de carcasse. Il me soutient, il me laisse marcher à mon rythme des kilomètres de rando et porter un sac à dos.
Parfois il me fait mal à la nuque et au ventre oui, mais c’était déjà le cas avant que je ne prenne du poids et du gras.
Il est doux. Il répond agréablement sous les caresses et les baisers.  Il embrasse celleux que j’aime et que je veux réconforter. Il laisse un bébé dormir sur sa poitrine, et quand on lui caresse les cheveux il frissonne.

Et des fois tu vois, quand je suis fatiguée de mettre tant d’énergie à ne pas m’accepter je m’assois et je me vois. Et je comprends un truc.

J’ai rien contre mon corps. C’est le monde entier qui me dit que je devrais ne pas l’aimer.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *