Mon guide du survivor pour réussir sa convention… (1) Pourquoi y aller ?

On est mi-mars, c’est parti, la saison des conventions, salons et festivals (pop) culturels, reprend en trombe !

Ouiiiiiii

On n’est pas encore au niveau outre-Atlantique, mais que vous soyez en France ou en Belgique, les conventions prennent de plus en plus d’ampleur (pour mon plus grand plaisir)!
Des raisons en vrac de cet essor récent :
La popularité grandissante de la culture “comic-books”, les grosses licences adoptées par Hollywood ont mis un joli coup de fouet à ce qui était un centre d’intérêt assez niche… Et plus globalement, la pop-culture et la culture “geek” (dieux que je hais ce terme qui ne veut rien dire) est mieux connue, reconnue, et un brin moins stigmatisée.
– Les exemples MULTIPLES du succès des “comic-con” et autres qu’on trouve aux US intéressent vachement les sponsors, marquent, etc, et ça y’est, y’a enfin deux trois malins qui commencent à piger qu’il y’a du pognon à se faire.
Les Millenials sont de plus en plus aux commandes, notre génération a, en majorité, grandi avec internet. On aime partager nos obsessions, on sait qu’on trouvera toujours au moins 3 péons pour discuter de l’aspect spécifique d’une fan-fic d’un bouquin de SF obscur.
Entre les gamers, les rôlistes, les crafteurs, bref, dans la mer de gros geeks : y’aura toujours des motivés pour créer des espaces où on peut tous se retrouver pour se fighter sur ce qui est “canon” ou “head-canon”, et faire des inside-jokes IRL sur des MEMES.

meme

Si je vous dis que, déjà gamine, j’étais plus excitée à l’idée d’aller au Salon du Livre de Montreuil (à Paris), que Disneyland… ça vous donne une idée du personnage.
En grandissant même si je suis restée bloquée à 1m60, j’ai continué à adorer ce genre d’événements, et j’y ai pas mal roulé ma bosse.
Bref, j’ai amassé pas mal d’XP, et si ça peut aider

Pourquoi aller en convention ?
TL;DR : parce que c’est trop bien

  • Pour le plaisir des yeux… C’est l’occasion de voir des gens cosplayer, avec des costumes incroyables : des trucs hyper bien réalisés et détaillés ou super simples. Des maquillages de dingues, des tenues complètement WTF et des situations juste ubuesques (avez vous déjà vu un mage Elfe de Sang avec des lunettes qui envoie un sms depuis son smartphone ? Pikachu aller aux toilettes ? Un robot en armure complète jouer à Just Dance? Moi, oui.)

KHANEt même sans le Cosplay, vous allez vous en prendre plein la tronche. Des artistes avec des prints de bâtards, regarder un mec dessiner et animer en live sur une Cintiq, aller à la rencontre des tarés qui montent eux-mêmes des reproductions de droids ou des pièces originales de films cultes, des artisans qui font des trucs dans toutes les matières …

  • Si pas par passion, par curiosité. Vous pourrez généralement rencontrer des gens qui sont enthousiasmés par les mêmes choses que vous et partager sur vos sujets favoris.
    Si y’a rien que j’aime plus que de débattre sur Joss Whedon pendant 1h avec un mec que j’ai croisé par hasard et qui portait un badge “Browncoats”, c’est bien de découvrir une culture niche que je ne connaissais pas. Du cosplay érotique, au quidditch pour moldus, j’ai découvert comme ça des univers géniaux en allant à des panels, des démonstrations ou juste au détour d’une conversation. Sélectionner des conférences/rencontres/dédicaces pour explorer à fond un aspect d’un jeu, d’un bouquin ou d’un film dont vous êtes méga fan, c’est juste grisant. Et vous êtes aussi à peu près sûr à 99,99% de vous frotter à une nouveauté en flânant en convention.
  • Pour LOOTER (consumérisme, mon Amour). Y’a TELLEMENT de trucs à acheter. Honnêtement, c’est un gouffre à pognon.

loot–> Des trucs que vous ne pouvez d’habitude trouver que en ligne, et encore, en payant des frais de port équivalents à un demi-rein. Du T-shirt de gros nerd avec des références incompréhensibles, à la bouffe internationale, des scripts de vos séries préférées, bref… Y’en a pour tous les goûts. Et même si c’est parfois plus cher que sur l’interweb, vous pouvez au moins avoir une idée de ce à quoi ça ressemble dans la vraie vie réelle véritable.

Et le mieux, c’est que ça vaut pour tous les types de conventions… Que vous fassiez une énorme Comic-con ou un petit festival niche.

D’après moi, il y a deux mauvaises raisons pour ne pas aller en convention, au moins.

Avoir l’impression de ne pas être “assez” geek. Et ça c’est débile, no offense. Déjà parce que quelle que soit votre centre d’intérêt, le degré de votre fanitude ou de votre investissement : si vous êtes un tant soit peu curieux et intéressé, vous allez apprécier une convention.
Et surtout qui sait quelle nouvelle passion vous allez vous découvrir au détour d’un stand ?
Si votre première fois, et que c’est l’ampleur du machin qui vous ralenti : essayez de privilégier une plus petite convention à taille humaine? Ou bien décidez vous pour une grosse convention classique, mais en vous délimitant à l’avance les zones qui vous plaisent le plus.

Si vous avez l’impression d’être TROP geek pour aller en convention (un peu comme ça m’est arrivé pas mal de fois, j’avoue), restez ouvert!
J’ai souvent répété que j’étais un peu lassée des grosses conventions ou salons que j’avais fait plusieurs fois (coucou la Japan) MAIS… En restant fermée j’ai raté deux trois bonnes opportunités de rencontrer des artistes que j’adore. Une grosse convention peut avoir certains avantages (moins chère, facile de choper des invit’, simple d’accès…)
Et en parlant d’expérience : ça vaut vraiment la peine de garder un oeil sur les nouvelles conventions qui se montent. Déjà parce que les équipes derrière sont comme nous. Des passionnés, mais aussi parce qu’avec internet il n’a jamais été aussi simple de financer et organiser des nouveaux projets…
Redécouvrir les conventions ça peut aussi passer par le bénévolat et si vous êtes déçus de comment les choses se passent dans les events que vous fréquentiez : passez du côté ORGA de la force!

Et puisqu’on parle d’internet, si c’est possible financièrement, ne laissez pas les frontières vous arrêtez. Pourquoi pas en profiter pour voyager ? Les styles et les “coutumes” des Cons changent d’un pays à l’autre, et c’est l’occas’ de monter des co-voiturages improbables et d’augmenter la dimension “découverte” de l’aventure.

Je trouvais que ça résumait bien pour conclure…

Prochain article : je vous parle de comment vous équiper pour survivre en Con!

One thought on “Mon guide du survivor pour réussir sa convention… (1) Pourquoi y aller ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *